Éthique professionnelle 

Ma vision du métier

La traduction touche à la langue et donc à l’intime, à l’identité de ceux qui la parlent.
De ce fait, traduire est un acte de responsabilité, d'autant plus que cela désigne l'action de «changer de code sans changer de message», transformer sans abîmer, comprendre et reproduire sans (trop et mal) interpréter. Tout contenu bien traduit est fluide, on croirait un document source (bien rédigé).

Pour traduire un texte, il faut avant tout comprendre et maîtriser le sujet dont il traite, pour pouvoir garantir une pertinence terminologique jusque dans les moindres détails. Par ailleurs, il faut en assimiler le contenu et se mettre à la place soit du rédacteur, soit du destinataire. Cela demande une forte empathie et parfois également une bonne dose d’imagination, tout en restant fidèle au message original.

 
 

Un traducteur d'excellence est donc en mesure de plonger à fond dans la langue, la culture, le contenu, la forme, les subtilités ainsi que dans le contexte de ce qu’il traduit. Il doit savoir lire et comprendre le message explicite du document et même être à même de lire entre les lignes.

À cela s'ajoutent bien évidemment d'excellentes compétences en linguistique, la maîtrise des techniques de traduction, une orthographe et une syntaxe irréprochables ainsi qu'un style soigné.

Il va de soi que le traducteur devra maîtriser la langue cible aussi bien que la langue source.

Pour traduire dans les règles de l'art, un vrai intérêt pour le sujet est indispensable et il sera agrémenté par un esprit de recherche et par l’amour pour les détails.

Go top